Psychologie humaniste

Ce courant très ancien a rejoint le domaine de la psychologie en 1960, et a été développé par Carl Rogers et d’autres psychologues de l’époque. Comme son nom le laisse entendre, la psychologie humaniste fait de la personne humaine le cœur de son champ d’intérêt.

Cela peut paraître redondant, mais si on examine l’ensemble de la psychologie contemporaine, on constate que c’est souvent la maladie, la méthode de traitement, le psychothérapeute ou même la chimie du cerveau et les gènes qui occupent la place principale.

Parler de psychologie humaniste n’a rien d’anodin ou de redondant ; cette option est lourde d’implications et de conséquences.

Les implications principales de la psychologie humaniste

“Lorsqu’on accorde à la personne la place centrale en psychologie, on doit nécessairement s’interroger sur la liberté de l’individu. En psychologie humaniste, on reconnaît l’importance des choix individuels pour influencer le comportement de chaque personne.”

“La personne humaine est vivante. À ce titre, son objectif le plus fondamental est son propre épanouissement aussi complet que possible.”

“La psychologie humaniste est donc avant tout une vision philosophique, un courant de pensée, une façon générale de voir les choses. Elle englobe nécessairement une compréhension du but de la vie, une définition de la santé mentale ainsi qu’une conception des rapports entre la personne et son environnement.”

Principes de la psychologie humaniste

La psychologie humaniste :

  • fait ressortir l’idée du potentiel humain : la personne a la capacité de s’autodéterminer et de grandir ;
  • reconnaît qu’il existe un processus vivant, un élan qui pousse à accomplir et à s’accomplir ;
  • implique l’engagement de la personne, sa responsabilité ;
  • n’oublie pas la liberté de l’individu ;
  • fait ressortir le respect de la créativité qui permet le développement personnel de chacun ;
  • s’appuie sur l’expérience, le vécu émotionnel, le ressenti des choses et de son propre corps ;
  • intègre la dimension corporelle de la personne ;
  • met la relation patient/thérapeute au premier plan, avec un respect marqué pour le patient.

Construite dans un climat d’échanges fondés sur le respect, la liberté d’expression, le non-jugement, l’empathie, sans interprétation et diagnostic, cette approche favorise :

  • le développement de vos possibilités grâce à une réelle écoute globale
  • La mobilisation de vos capacités à travers la détente, la relaxation et l’action créatrice.

Les approches psycho-corporelles peuvent vous aider à :

  • mieux vous connaitre ;
  • renouer avec vous (corps et esprit) de manière bienveillante ;
  • dépasser des moments difficiles tant personnels que professionnels ;
  • mieux communiquer.