Pourquoi créer des cercles de femmes ?

J’ai crée ce guide dans une idée de partage au plus grand nombre de femmes afin de faire connaitre cette pratique des cercles de femmes qui sont des trésors qui ont longtemps été enfouis et qui sont redécouverts depuis quelques années en occident.

Je suis thérapeute holistique et j’ai commencé à faciliter des cercles de femmes en 2015. A l’époque on trouvait peu de références et de guides sur cette pratique. J’ai donc lancé mes premiers cercles à l’instinct et avec beaucoup d’amour.

Depuis, forte de cette expérience de ces années à animer un cercle régulier, puis des week-end de retraites féminines, des cercles festifs spécifiques tels que blessing-way, tente rose (cercle pour les jeunes filles qui entrent en puberté) ou encore rite pré-nuptial, j’ai crée une formation en ligne pour transmettre. J’ai accompagné ainsi quelques 250 femmes à animer des cercles un peu partout en Europe.

I Bienfaits des Cercles de Femmes

  • développer votre confiance
  • devenir plus intuitive ;
  • créer un lien fort avec la sororité
  • transmettre vos émotions, votre histoire
  • reconnecter à votre véritable nature féminine.

Entrer dans un groupe de femmes peut être challengeant pour certaines femmes au départ! Nous avons, pour un certain nombre d’entre nous, connu les rivalités et autres jalousies durant l’adolescence et l’empreinte de cette blessure de rejet peut avoir laissé quelques traces.
Avoir l’opportunité de redécouvrir des liens entre femmes, dans un espace sécurisé par un cadre bienveillant et respectueux posé, peut être très réparateur.

Un fois cette ambiance découverte, les femmes osent se déposer en sécurité et gagnent en confiance en elles et en leurs paires. On peut facilement chercher ensuite à recréer ce lien sorore en dehors du cercle dans la vie de tous les jours quand on en a été imprégnée dans un cercle.

Dans les cercles, on prend le temps d’écouter les parts de nous plus subtiles, sous forme de méditations ou encore en entrant dans cet espace purement féminin qu’est l’écoute empathique. On développe alors notre côté intuitif. On ose partager nos intuitions aux autres femmes présentes et on se rend compte au fil du temps que celles-ci sont souvent justes.

Le lien qui se tisse entre femmes au fil de cette pratique, vient jouer un rôle de “famille”. En effet, on a ce lien Secure qui nous porte jusque dans notre quotidien car on sait que nos “soeurs” sont là en cas de besoin avec leur amour inconditionnel et leur écoute non jugeante. C’est un soutien précieux!

1) Soutien émotionnel et psychologique

Dans les cercles,portée par l’énergie du groupe, la vibration d’amour inconditionnel, on ose partager nos émotions avec transparence et c’est libérateur! Même certaines, inavouables car nous les jugeons comme honteuses, finissent par se frayer un chemin et recues sans jugement voire même validées par les autres comme étant légitimes, elles sont libérées. Ne reste alors ensuite qu’un soulagement! On repart du cercle plus légères. A la place de ces émotions parasites qui tiraient vers des vibrations de basses fréquences, peuvent émerger des émotions de joie et de gratitude qui elles vibrent haut.

Ces espaces circulaires sont donc propices à ramener les femmes vers leur nature féminines qui sont: l’empathie, la douceur, l’écoute, la réceptivité, sensibilité, bienveillance, intériorité, intuition, créativité, sagesse et amour inconditionnel.

2) Croissance personnelle et développement

Quand on se trouve dans un espace d’amour inconditionnel et de non jugement, on peut naturellement se déposer et se laisser aller à la confidence. On s’autorise à accueillir nos part d’ombre portée par l’énergie lumineuse qui circule dans le cercle. C’est ce qui fait de ces espaces des lieux thérapeutiques à part entière.

Il y a aussi, comme dans les groupes thérapeutiques à proprement parler, les effets miroirs présents dans les cercles, qui sont aussi de puissants tremplins de travail personnel. L’effet miroir est d’autant plus marqué que les problématiques des femmes se rejoignent souvent.

On y retrouve: les blessures de non respect du corps, les expériences traumatisantes des accouchements, les IVG ou fausses-couches, les liens à la mère ou au père, les problématiques de sexualité, les maux féminins en lien avec les règles ou inflammations urogénitales etc… Chacune se retrouvant dans l’histoire de l’autre, il y a un sentiment de ne plus se sentir seule avec ses problèmes intimes et difficilement avouables dans d’autres lieux.
Du sens est trouvé dans ces expresions du corps ou ces évènements traversés, ce qui est profondément réparateur.

En tant que thérapeute, je peux donc dire, que les cercles sont de puissants booster de libération émotionnelle et de croissance personnelle.

II Rituel et Spiritualité dans les Cercles de Femmes

Ce qui différencie une rencontre entre copines dans un salon de thé et un cercle, c’est le côté sacré qui le constitue.
Cet espace devient alors un lieu hors du temps et hors de l’espace commun de notre vie de tous les jours.
C’est un peu comme quand on change de niveau de conscience en hypnose ou en méditation, on n’y vivra plus les mêmes choses qu’en état de conscience ordinaire.

La spiritualité est souvent présente dans les cercles. Pas sous forme d’une religion quelconque mais bien dans le sens qu’il y a la place pour plus grand que nous.

On y célèbre la nature, notre lien à grand-mère lune, avec qui nous sommes cycliquement reliées et les saisons que nous traversons également tout au long de notre cycle. Cette spiritualité nous replace dans le cycle de la nature et nous relie à notre propre nature en même temps.

L’énergie présente en nous et autour de nous a aussi toute sa place dans les cercles. Elle nous relie entre nous et à plus grand que nous.

Cet aspect énergétique qui remonte à l’antiquité et qu’on retrouve dans les traditions de la médecine chinoise et ayurvédique. Idem pour la pratique des cercles et la place de la sororité dans la vie des femmes qui étaient trés présentes à ces époques.

1) Les rituels ont un rôle dans les cercles pour symboliser le passage du quotidien à un espace sacré et propice à la guérison

Au coeur des rituels se trouvent des libérations symboliques qui permettent des réparations individuelles, collectives et aussi transgénérationnelles. Quand les femmes font une bénédiction de l’utérus par exemple, elles guérissent leur propres blessures en lien avec un accouchement traumatisant mais possiblement d’autres femmes parmi

leurs ancètres ayant elles aussi eu des vécus traumatisants dans leur matrice féminine. On observe suffisamment souvent les répétitions de traumas à travers les générations pour se rendre compte du fait qu’il y a un lien subtile et profond qui unit les femmes d’une même lignée dans certaines souffrances.

Ceci n’étant pas une fatalité, lorsqu’on prend conscience de cela et qu’on utilise la puissance d’un cercle de soeurs pour avoir le courage de le travailler, on s’en libère.
L’amour et la sécurité de cet espace permet de s’autoriser à toucher des mémoires parfois très douloureuses, qu’on n’aurait peut être pas pu approcher individuellement.
Il y a toutes sortes de rituels symboliques, en lien avec des éléments de la nature, des plantes, de l’eau, de l’argile, des objets médecines.

Entrer dans cet atmosphère hors du temps et de l’espace du quotidien aide à entrer dans le niveau de conscience qui sera propice à ces libérations.

Parmi les rituels qui peuvent se vivre en cercle, les massages ou soins donnés en binômes sont une possibilité offerte aux femmes de se réconcilier avec leur corps. Elle peuvent se réapproprier leurs formes
en douceur et en recevant un soin plein d’amour
d’une autre femme, elles peuvent réapprendre elle aussi à l’aimer.

« Amélie nous a guidé au travers d’un rituel pre nuptiale organisé pour une amie proche. Ce fut un moment unique de partage lors duquel nous avons toutes (aussi bien la future mariée que ses accompagnatrices!) été traversée par d’intenses émotions. Un voyage plein de sens pour se défaire du passé et se préparer a recevoir l’avenir, merci Amélie! »
Léa

Il y a aussi des rituels très particuliers qui sont faits pour aider les femmes à conscientiser des passages de vie importants.
Qu’il s’agisse de l’arrivée des premiers cycles féminins, d’un mariage, d’une naissance, d’une ménopause ou encore d’un deuil à faire, les cercles sont des lieux soutenants dans lesquels on s’autorise à vivre l’émotion et à traverser en conscience et par tous ses corps l’étape franchie.

Ces rituels sont très individualisés puisqu’organisés par l’entourage de la femme célébrée. Il est alors question de rituels vécus dans une sororité encore plus proche. Les femmes sont surprises de découvrir des femmes qu’elles croient connaitre par coeur dans un contexte si différent, c’est un peu comme si elles se rencontraient au coeur d’elle même dans des espaces jusque là encore inconnus de chacune.
Les rituels d’entrée dans la puberté ont plusieurs fonctions: ils instruisent sur les cycles et leur fonctionnement, ils permettent de faire découvrir aux jeunes filles la pratique des cercles et cet esprit de sororité. A un âge ou les masques sociaux sont souvent de rigueur et ou la rivalité entre filles les a mises en méfiance vis à vis des relations entre femmes, il est très bénéfique de pouvoir vivre cette bienveillance.

« Amélie nous a guidé au travers d’un rituel pre nuptiale organisé pour une amie proche. Ce fut un moment unique de partage lors duquel nous avons toutes (aussi bien la future mariée que ses accompagnatrices!) été traversée par d’intenses émotions. Un voyage plein de sens pour se défaire du passé et se préparer a recevoir l’avenir, merci Amélie! »
Héloïse

 

 

 

2) tout peut être spirituel

Quand on choisit de vivre chaque moment en conscience, tout peut être sacré! Les repas peuvent également devenir des occasions de célébrer et de remercier la Terre-mère de ce qu’elle nous offre en abondance.

Jusque dans la préparation des plats sous forme de mandala, le subtile et l’intention est présente partout ce qui permet de vivre une journée ou un week-end entier dans ces hautes vibrations de gratitude et d’amour partagés.

3) l’espace invite également au sacré

La présence d’un centre au coeur du cercle a son importance car il matérialise le fait que chaque femme assise à la périphérie du cercle est équi-distance et donc à égalité avec ses soeurs. Il n’y a aucune organisation verticale dans ces espaces.

Les symboles présents dans ce centre sont choisis en lien avec le thème du cercle et/ou les rituels qui y auront lieu. Ainsi l’espace en lui même invite directement au sacré et met toutes les femmes dans une ambiance commune propice à la célébration qui va s’y dérouler.

III Dépasser les Défis dans les Cercles de Femmes

1) Les cercles de femmes peuvent être des occasions de sortir de leur zone de confort.

Pour évoluer et se délester de choses dont nous n’avons plus besoin, il faut forcément changer des choses en nous.
Ce processus peut parfois sembler angoissant car on est plus à l’aise avec le familier que l’inconnu même quand ce familier est dérangeant. L’expérience même d’entrer dans un cercle pour la première fois est une sortie de zone de confort car c’est dépaysant quand on n’est pas familière à cette pratique. Il y a des expériences proposées lors de mes week-ends de retraites féminines qui ont évidentes et fluides pour certaines et totalement déroutantes pour d’autres. Par exemple, certains mouvements corporels pour. celles qui ne sont pas en paix avec leur corps peuvent s’avérer une épreuve. Et pour d’autre se laisser aller à la créativité alors qu’elles se sont toujours pensées nulles dans ce domaines est une épreuve. Mais l’esprit de groupe et l’énergie de sororité donne un élan qu’on aurait pas forcément eu seule dans son coin et permet de dépasser la première appréhension. Bien souvent, les femmes se surprennent elles mêmes de se découvrir différentes de ce que leur mental leur imposait comme vision d’elles-mêmes. 

2) La puissance du cercle

J’ai vu des femmes repartir transformées après un week-end de trois jours ! Une image différente d’elle leur a été montrée qu’elles ont accepté d’entrevoir. Elles disent souvent que ces trois jours agissent comme un booster dans leur vie. C’est pourquoi certaines reviennent plusieurs fois par an pour reprendre le booster nécessaire à leur donner l’élan durant les mois suivants. Pour certaines, le cercle est le premier espace où elles s’autorisent à vivre un moment rien que pour elles depuis qu’elles sont devenues maman. Pour d’autres, prendre la route pour venir passer un week-end seule sans mari et enfants est une première et déclenche certaines peurs. Mais l’attraction de cet espace sorore les aide à aller au bout de leur projet. Montrer son corps a quelqu’un d’autre que son mari à l’occasion d’un massage ou d’un rituel où on prend soin du corps et de sa féminité est un dépassement également.
Mais surtout, oser se dire, se libérer de choses enfouies au fond de soi qu’on n’a parfois jamais oser dire à personne est peut être la sortie de zone de confort la plus grande de toutes.
C’est le fait de sentir qu’on peut être tout à fait soi, sans devoir faire semblant, en étant accueillie et respectée telle que l’on est qui permet d’oser dépasser ses limites en sécurité.

3) L’alchimie du cercle

Quelques soient le lieu, le groupe, les femmes présentes, le thème proposé, je suis toujours émerveillée de voir prendre une alchimie entre les femmes. C’est comme si il y avait une reconnaissance d’âmes, une évidence, un lien fort qui se met en place entre des femmes qui ne se connaissaient pas quelques jours avant. Elles osent parfois dire qu’elles ont confié des choses dans le cercles qu’elles n’ont jamais oser dire à leurs meilleures amies ou à leur compagnons. Je suis aujourd’hui convaincue qu’il se crée quelque chose de fort qui dépasse une simple rencontre humaine dans ces espaces. La rencontre se fait par tous les centres énergétiques et c’est ce qui rend l’expérience si puissante. (corps, coeur, tête et âme).

Des femmes de tous âges (ça oscille en général entre la trentaine et la soixantaine), mères, grands-mères, filles, épouses, célibataires, divorcées, de toutes cultures, de tous milieux sociaux se rencontrent et se voient (comme dans le film avatar “je te vois”). Elles se reconnaissent et de cette rencontre émerge une alchimie qui peut libérer et apaiser même les blessures les plus profondes.
L”univers fait aussi trés bien les choses dans son organisation céleste puisque les personnes qui sont ensemble dans un même espace et dans un même timing ne se rencontrent jamais par hasard! Chacune a quelque chose à apporter aux autres. C’est la magie de ces rencontres, de constater aussi que sans la présence de l’une d’entre nous, le cercle n’aurait pas été le même!

Que donc, chacune a sa place, sa valeur ajoutée. Et que les énergies vont se rencontrer les unes, les autres, 2 par 2 et dans le groupe entier à la fois. Les femmes disent souvent “Je nous aime” à la fin d’un cercle et je trouve que symboliquement cette phrase traduit bien l’énergie qui est à la fois “je” et “nous”, comme si dans l’espace et le temps de ce cercle, il nous était donné d’expérimenter la non séparation, l’unicité des âmes.
On en ressort plus riche, plus forte et on sait que c’est possible, que ça existe, et on mettra ensuite tout en oeuvre dans notre vie de tous les jours pour recréer cette magie de lien à l’autre.

IV exemples de situations vécues inspirantes

J’ai vécu des situations tellement magiques, étonnantes et puissantes en cercle de femmes que j’ai envie de vous partager quelques moments pour mieux appréhender ce que peuvent apporter ces rencontres particulières.

J’ai encore dans mes sensations les souvenirs de chaque cercle imprégnés. Et quand j’échange avec les femmes qui y ont participé c’est ce qui ressort. Les souvenirs sont émotionnels, sensoriels, multidimensionnels!

La première anecdote que je vais vous partager est celle d’un week-end qui avait eu lieu à Yule (fète celtique du solstice d’hiver). Le thème du week-end était se réconcilier avec l’homme à l’extérieur de nous et harmoniser nos parts féminines et masculines à l’intérieur de nous.

Nous avons donc parmi les pratiques proposées, vécu un chemin du pardon vis à vis de l’Homme. Les émotions de chaque femme présente étaient trés différentes en fonction des vécus de chacune mais toutes trés intenses. Des larmes de pardon, d’amour et de réconciliation avec les hommes de leur vie pour certaines, pour d’autres la connexion avec le vécu souffrant du collectif de femmes, et pour l’une d’entre elle, la colère puissante! Des années à subir des choses de la part des hommes, à souffrir dans son coin sans jamais oser manifester cette colère… Soudain, dans cet espace, en sécurité, elle a pu s’autoriser à crier, à vivre sa colère, à s’affirmer vis à vis des hommes, c’était si puissant! Ce fut aussi très libérateur dans sa vie ensuite.

Il y a des instants suspendus, hors de l’espace et du temps, durant lesquels l’intensité du vécu émotionnel et sensoriel marque la mémoire positivement à tout jamais. Ces souvenirs intenses et positifs sont des refuges bien-être pour notre conscience où il fait bon retourner se réconforter quand la vie se fait plus difficile. Ils contrebalancent les souvenirs douloureux de notre existence et contribuent à nous faire voir la vie comme quelque-chose de beau et qui mérite d’être vécu!

“Ce séjour que j’appréhendais car c’était un vrai défi pour moi d’aller à la rencontre de toutes ces belles femmes a été pour moi transformateur. J’y étais accueillie avec tendresse et douceur, tout ce dont j’avais besoin, par cette magnifique personne qu’est Amélie. Ce lien entre nous toutes: femmes, mères, future mère a été trés beau, simple, rempli de bienveillance. C’était challengeant de libérer et en même temps nécessaire pour découvrir qui je suis dans un cadre sécurisant.”
Julie

Je propose des moments forts de connexion d’âme à âme les yeux danx les yeux en faisant des respirations de yoga blanc. La prochaine anecdote est celle d’un de ces moments de rencontre subtile entre deux êtres qui par la montée d’énergie de la respiration, entrent en lien d’âme à âme par le regard et qui sans se parler se comprennent. L’intensité émotionnelle qui en découle peut provoquer toutes sortes de réactions selon les binômes (fous rires, larmes de grâce). Une des femmes m’a témoigné s’être vue dans les yeux de son binôme vraiment elle, elle a pu toucher la beauté de son être et repartir avec une confiance incroyable dans sa vie.

Les moments de marche de déconnexion à la nature sont aussi souvent intenses! On avance pieds nus dans la forêt, en pleine conscience, connectées à tous nos sens, les mains dans la glaise, les pieds dans la rivière, le vent sur le visage. Une de mes participantes m’a dit s’être sentie brusquement reconnectée à sa femme sauvage, son lien à la nature décuplé par cette expérience.

“J’ai beau aimé écrire plus que de raison. J’ai beau aimé parler à en fatiguer mes propres oreilles. Je ne trouve pas les mots ce matin pour exprimer la puissance, la grandeur de tout ce que nous avons partagé ensemble ce week-end. Je ne peux que remercier, larmes de joie à l’oeil et coeur débordant chacune de ces femmes. Je me célèbre de m’être fait ce merveilleux cadeau que ces quelques jours entre femmes. Je ne suis déjà plus la même. Merci”
Charlotte

V Quel avenir pour les cercles de femmes?

1) De l'importance que les cercles de femmes se développent

Vous l’aurez compris, pour moi ces espaces sont d’intérêt général! Il est triste de savoir que les femmes en ont été privées pendant une période quand on sait tout le bien qu’ils leur procurent. Et je me réjouis de voir qu’ils réémergent petit à petit de plus en plus depuis quelques années. Quand j’ai commencé à proposer des cercles neserait-ce qu’il y a 8 ans, quand j’en parlais les gens ne connaissait pas pour la majorité et je devais systématiquement expliquer en quoi ça consistait. Je me souviens quand

j’ai invité la petit dizaine de femmes à mon premier cercle, certaines m’ont avoué, après coup, ne pas vraiment avoir compris de quoi il s’agissait, mais être venues car c’était moi qui proposait et qu’elles me faisaient confiance… Et une fois qu’elles ont découvert ce que c’était en le vivant, elles n’ont plus lâché ! Je me rends compte avec le recul, que maintenir un cercle 5 ans, tous les mois à la pleine lune, avec le même groupe de femmes a été fort. Ça montre bien comme ce que ces femmes y trouvaient était riche et nourrissant pour elles.
C’est cette prise de conscience de l’importance de ces espaces, qui m’a donné envie d’oeuvrer et de faire ma part pour qu’ils se développent.

2) semer des graines...

Je sème donc des graines aux 4 vents, en continuant de proposer ces espaces circulaires, mais aussi en transmettant à d’autres femmes de tous les coins de France et d’Europe (j’ai des belges, des suisses, et des femmes expatriées dans d’autres pays qui suivent ma formation pour devenir facilitatrices de cercles). J’ai la sensation en faisant cela de participer à la guérison des femmes, à leur déconnexion à leur féminité sacrée, à leur corps, leur matrice féminine et plus largement à faire ma part pour avancer ensemble vers un monde plus juste, plus apaisé, plus vibrant.

3) Les cercles de femmes dans un monde en évolution

Le monde évolue et on peut voir des côtés positifs ou négatifs à cette évolution. Les côtés positifs sont que les moyens techniques permettent de rayonner plus largement et de transmettre à des femmes que je n’aurais pas pu rencontrer sans. Les femmes habitant dans des régions isolées peuvent aussi trouver des espaces de sororité depuis chez elles via des cercles en live. Ce qui leur donnera l’élan ensuite de se déplacer pour venir gouter en pésentiel à ces moments précieux. Elles pourront ensuite, autour de chez elles initier d’autres femmes et ainsi de suite…

J’avoue avoir beaucoup de joie à voir sur la carte interactive des Gardiennes des lunes s’ajouter au fil du temps des points indiquant la présence d’une gardienne en plus quelque-part.

3) Les cercles de femmes dans un monde en évolution

C’est un mouvement en marche, qui va continuer de se développer de façon exponentielle pour le plus grand bien de tous, femmes et hommes. Car une femme, guérie et épanouie retentira sur sa relation aux hommes et sur sa relation avec ses enfants etc…

4) Pour les futures générations aussi

J’ai toujours été concernée par le bien être des enfants et de la future génération. Je crois profondément qu’on peut créer un monde meilleure en changeant notre façon d’accueillir et d’élever nos enfants. C’est dans cette idée que j’ai commencé ma carrière de
psy par des consultations pour enfants. J’ai aussi crée en 2015 une école alternative que j’ai crée et dirigée pendant 5 ans. Cette école avait des valeurs de bienveillance: envers la terre (projet écologique), envers soi (savoir être) et envers les autres ( communication et gestion des conflits).


C’est pourquoi, assez vite dans mon exploration du féminin, j’ai eu envie d’inclure les enfants et les jeunes femmes en devenir. j’ai conscience qu’informer et initier les demoiselles dés l’avant entrer dans les cycles féminins est une forme de prévention et permet d’avoir à déconstruire et reconstruire plus tard des conditionnements, fausses croyances sur les cycles, tabous, frustrations, blocages sexuels etc….
J’ai entendu tellement de femmes me dirent “ah si on m’avait expliqué tout ça avant” et certaines, déjà ménopausées être désolées de comprendre enfin la magie des cycles féminins trop tard pour pouvoir en bénéficier elles.
J’ai donc crée des ateliers pour les filles de 8 à 12 ans afin de leur transmettre les connaissances sur leur cycle à venir, qu’elles puissent vivre en conscience cette grande transformation. Elles y découvrent aussi l’esprit de sororité, les bienfaits du cercle, de la parole, du partage et de la sororité.

VI Comment Créer un Cercle de Femmes?

« La femme qui récupère sa nature sauvage est comme les loups. Elle court, danse, hurle avec eux. Elle est débordante de vitalité, de créativité, bien dans son corps, vibrante d’âme et donneuse de vie. Il ne tient qu’à nous d’être cette femme là! »
Clarissa Pinkola Estès

Pour créer ces espaces vibrant, il suffit déjà d’être éveillée à sa nature féminine profonde!
De ressentir l’appel, d’avoir l’élan, l’envie de partager, de transmettre. Une femme éveillée à son féminin sacrée est puissante dans son énergie et elle peut facilement “contaminer” positivement d’autres femmes. Elle dégage un élan, une envie qui embarquent.

C’est comme si les autres femmes, à son contact se réveillaient…

J’ai commencé à transmettre à l’origine parceque des femmes qui savaient que j’organisais des cercles sont venues à moi. Une, puis deux, puis trois, m’ont demandé de les aiguiller. Elles avaient l’envie de créer elles aussi des espaces circulaires mais ne savaient pas du tout par où ni comment s’y prendre.

Après avoir répondu à leur demande une par une, j’ai soudain eu l’idée que je pourrais transmettre à plusieurs femmes en même temps et que peut être c’était le bon moment pour ça! J’ai donc dans mon élan, créer une formation et lancé ma première session de gardienne des lunes. En quelques jours j’avais 73 femmes inscrites! Et un grand nombre me téléphonait ou m’écrivait pour me dire que ma proposition arrivait pile au moment où elles avaient eu cet élan, mais ne savaient pas par quel bout commencer.

 

C’était visiblement le bon moment, une synchronicité de la vie qui faisait coïncider ma proposition et leurs besoins.

 

1) Choisir un thème

On peut biensur proposer un cercle sans thème, sans activité particulière, juste un cercle de parole et ce sera déjà très chouette.
Mais pour qu’un cercle dure dans le temps, il est intéressant de proposer des choses variées et d’explorer des aspects de la féminité divers pour enrichir la vie des femmes qui y participent.

Dans ce cas, pour créer le déroulé du cercle, on va partir d’un thème.
On peut proposer, les cycles féminins et les saisons, la femme sauvage, la lignée des femmes etc…

2) créer un espace sacré

Comme je l’ai expliqué plus haut, l’aspect sacré du cercle est très important pour que s’opèrent les libérations du mental, et que l’énergie qui y règne soit spéciale et propice.
Pour cela, on crée une ambiance en lien avec le thème choisi, on décore la pièce avec des objets symboliques comme des pierres, des végétaux, des totems représentatifs etc…

On crée un autel central, trés imortant pour marqué l’équidistance ente toutes les femmes présentes et le centre. Symbole que chacune à la même place dans ce cercle.

3) la nature au service du sacré

Les éléments de la nature sont essentiels car ils viennent nous relier à la terre et à notre propre nature. Ils nous ramènent au coeur de notre essence de femme, liée aux cycles comme la terre aux saisons. Nous reconnectons notre nature animale, instinctive et sauvage.

C’est pourquoi ils sont largement présent dans les cercles. D’ailleurs quand on peut organiser des cercles en extérieur c’est toujours très puissant!
Le bois, les pierres, la terre, les plumes, les fleurs, coquillages sont donc très présents dans ces espaces sacrés.

 

L’aspect sécurité est indispensable pour que les femmes puissent se déposer en toute confiance dans le cercle.
C’est pourquoi on va mettre l’accent sur cet aspect dés le début du cercle. On va énoncé un certains nombre de règles de fonctionnement du cercle comme : le respect, le non jugement, la confidentialité, la bienveillance etc…

Pour ma part, j’aime toujours, une fois mes règles de base posées, demander aux femmes présentes, si pour se sentir en sécurité, il leur manquerait une autre règle. Nous sommes toutes différentes et avons toutes un vécu différent, il se peut donc que ce qui est secure pour certaines, ne suffisent pas pour d’autres.

4) instaurer une parole sécurisée

La mise en place d’un bâton de parole peut aussi être rassurant car il matérialise que la parole va être respectée pour chacune et que personne ne sera interrompue avant d’avoir fini.

Dans certains endroit on dit “Aho” quand on a terminé ce qu’on avait à dire, c’est ce qui marque la fin d’une parole et autorise les autres à prendre la parole à leur tour.

Quelque-soit les outils choisis, l’essentiel est que les besoins de chacune soit entendus et que chacune ose dire ce dont elle a besoin et ce qu’elle ressent.

5) transmettre les sagesses ancestrales

Il existe de nombreuses cultures ou des sagesses ancestrales étaient transmises oralement dans des cercles de femmes. Par exemple, chez les amérindiennes, il existait des contes initiatiques symboliques dans lesquelles des archétypes du féminin étaient présents: les 13 mères originelles.
Jamie Sams, a partagé ses contes dans un livre afin d’initier toutes les femmes du monde à ces enseignements précieux.

Accompanying visual content that immediately catches the eye. Include photos, illustrations, and other graphics to match. Appeal to your audience, choose the right fonts and images, and you’ll have a magazine that people will remember for years to come.
Olivia Wilson

Les cercles sont des lieux où ces sagesses du monde, ayant traversé les âges et encore riches d ‘enseignement peuvent circuler. On s’en inspire, on échange, on débat, on s’imprègne et on s’enrichit. La diversité des cultures vient nourrir les espaces.
A travers les métaphores, quelque-soit l’origine culturelle de ces contes, on trouve l’universalité des vécus humains. On touche encore une fois à l’unicité, la non séparativité.
C’est assez fou de se dire que les femmes à travers les époques et les cultures traversent les mêmes émotions, préoccupations, questionnements.
Quand les femmes découvrent ces enseignements, elles se sentent faire partie d’une sororité beaucoup plus grande encore.

VII Pour conclure...

Je finirai en te disant que si tu n’as jamais eu l’occasion de participer à un cercle de femmes, vas-y! C’est en le vivant qu’on peut le mieux se rendre compte de ce que peuvent apporter ces moments hors du temps. Le seul risque est de devenir accroc et d’avoir envie toi aussi d’en proposer aux autres femmes!
Et si tu as envie de faire un gros plongeon dans la sororité sur un week-end de 3 jours, je t’accueillerai avec grand plaisir dans ma nature ardéchoise pour t’initier avec amour.
Pour celles qui connaissent déjà les cercles et rêvent d’en proposer, ma formation Gardienne des lunes est faite pour ça, alors n’hesitez pas à me contacter.

 

1) formation gardien(ne) des lunes pour approfondir les connaissances et la pratique

J’ai créé une formation de 6 modules pour transmettre mon expérience et mes connaissances dans la facilitation de cercles de femmes, afin de guider d’autres femmes ayant l’élan d’en proposer. Lors de cette formation, je donne des éléments théoriques comme les sagesses ancestrales, les saisons du cycle, la lignée des femmes etc… mais je guide aussi mes élèves dans des rituels et activités étayant les thèmes du cercle. Pour cela, une partie de la formation se fait sous forme de capsules vidéos et rituels guidés en audio, et une autre partie en live mensuel.
C’est une transmission de femme à femme plus qu’une formation!